L'épée de Montcalm

Le 13 septembre 1759, alors que l'armée anglaise pilonne Québec, Montcalm chevauche vers la ville lorsqu'il est atteint d'une balle au bas du dos. Trois soldats accourent vers lui pour l'empêcher de tomber de sa monture. On le transporte chez le chirurgien André Arnoux, mais sa blessure est mortelle et il expire le 14 septembre vers 4 heures du matin.

 À 20 h, il est enterré dans une fosse « faite sous la chaire par le travail d'une bombe » dans l'église des Ursulines de Québec. Son cercueil est rapidement confectionné par un vieux contremaître des Ursulines, surnommé « le bonhomme Michel », qui « ramassa à la hâte quelques planches, [et] parvint à confec­tionner, en versant des larmes abondantes, une boite informe, peu en rapport avec la précieuse dépouille qu'elle devait ren­fermer ». Le cercueil fut escorté par M. de Ramezay, les officiers de la garnison, et quelques citadins, dont une petite fille de 9 ans nommée Aimable Dubé, qui, devenue Ursuline, racontait encore la cérémonie en 1831.

Marcel le secrétaire de Montcalm, conformément aux dernières volontés de son maître, remit ses papiers à son ami le chevalier M. de Lévis, ainsi qu'une missive pour M. de La Rochette, trésorier de la marine. Nous ignorons cependant ce que Marcel fit de l'épée du marquis. Au fil du temps, les histoires les plus cocasses se mirent à courir à son sujet. En 1854 John Holloway Hanson, un missionnaire américain, prétendit que Montcalm avait donné son épée à Éliézer Williams, un iroquois de Kahnawake. Dans son ouvrage intitulé The lost Prince, Hanson prétendit même qu'Eliézer Williams n'était rien de moins que le dauphin Louis XVII.

Comme l'a noté Jean-Luc Brazeau, dans The Lost Prince à la page 403, est reproduite une lettre du 9 février 1853 de M. Aug. Trognon, secrétaire du prince de Joinville, lequel effectuait en 1841 un voyage en Amérique du Nord où il rencontra Eleazar Williams, le soi-disant dauphin, et avec qui il eut une assez longue conversation à bord d’un navire qui les emmenait vers Green Bay. Voici un extrait de cette lettre : « Un de ces récits les plus attachants était celui qu’il [Eleazar Williams] faisait des derniers moments du Marquis de Montcalm, mort entre les bras d’un Iroquois, son parent, à qui le vaillant capitaine avait laissé son épée. Ces détails ne purent manquer d’intéresser vivement le Prince, dont le voyage à Mackinac, à Green Bay… » Dans ses Vieux souvenirs, sur son passage à Green Bay en 1841, le prince de Joinville écrit à la page 219 : « Je causai avec le fils d’un de leurs chefs, qui m’assura avoir encore en sa possession l’épée de Montcalm, qu’il gardait comme une relique. Selon lui, pendant la bataille de Québec, probablement au moment où Montcalm fut blessé à mort, son épée fut accrochée à un arbre et recueillie par un fidèle Iroquois qui l’accompagnait. Elle serait toujours restée depuis dans la tribu. »

En 1927 R. de Kérallain, dans le Journal de la Société des Américanistes [Volume 19, Numéro 1, p. 167 ] rapportait que Bougainville « eut le 21 août une vive émotion, probablement imprévue : M. de la Fayette m’a fait présent de l’épée de M. le Marquis de Montcalm qu’il a retirée d’un habitant de ce pays, lequel la conservait comme un monument précieux. Je l’ai baisée les larmes aux yeux, et elle me devient encore plus chère par la main du jeune et preux chevalier de qui je l’ai reçue. »

Évidemment comme nous l'a souligné Georges Savarin de Marestan, il est peu probable que son ancêtre le marquis n'ait eu qu'une seule épée ... Mais que sont ces épées devenues ?

C'est à deux chercheurs québécois dont Pierre-Jacques Ratio, président pour l'Amérique du Nord du Mémorial International Saint-Véran de Montcalm et Jean-Luc Brazeau, directeur du Centre d'histoire La Presqu'île, que l'on doit d'avoir entamé des recherches d'archives qui les menèrent sur la piste de l'épée présumée qui se trouve actuellement au Musée Royal de l'Ontario. Le musée nia tout d'abord d'être en possession de l'épée, mais devant les documents d'archives irréfutables présentés par Messieurs Ratio et Brazeau, le Musée confirma qu’une épée figurait bien parmi sa collection, allant même jusqu'à fournir une photo aux chercheurs. L’épée en question porte la cote 961.35 et la mention Souvenir de Montcalm. Mais est-ce véritablement l’épée de Montcalm qui est conservée au musée de l’Ontario? Le ROM doit nous éclairer sur ce sujet. Si ce n’est pas l’épée de Montcalm, il faudra expliquer le faux et rendre la chose publique. Si c’est l’épée de Montcalm, nous pensons qu’il serait bien qu’elle soit rapatriée au Québec et pourquoi pas au Centre d’histoire La Presqu’île ?

Le 17 juillet 2009, le journal L’étoile publiait un premier article sur le sujet, avisant ses lecteurs que la source des documents trouvés par les chercheurs provenait d'une lettre de John L. Pinault publiée dans le journal L’Écho du 9 mars 1965. Dans cette lettre M. Pinault révélait l’endroit où se trouvait l’épée de Montcalm et pourquoi elle devait être envoyée à Montréal. Selon M. Pinault, Léo Troy, alors député libéral de Nipissing, en Ontario, avait déclaré lors du débat sur le discours du trône en 1965 qu' « Une épée française est actuellement au Musée royal d’Ontario, don d’un nommé Sigmund Samuel. Je ne sais combien l’épée coûterait, mais ce serait un geste courtois si Monsieur le premier ministre d’Ontario la retournait au Québec, à qui elle appartient, car, lors de la bataille des plaines d’Abraham, Montcalm ne rendit jamais son épée. »

Le 11 octobre 2009,  alors que les descendants de Wolfe et de Montcalm (qui ont signé la pétition pour rapatrier l'épée au Québec) étaient au Moulin à Paroles, le quotidien Le Soleil publiait un long article sur le sujet. De nombreux artistes ont signé cette pétition lors du Moulin à Paroles. Depuis la pétition pour rapatrier l'épée au Québec a été mise en ligne par le Mémorial International Saint-Véran de Montcalm et le Centre d'histoire La Presqu'île. L'objectif est de 10,000 signatures.

RAPATRIEMENT DE L'ÉPÉE DE MONTCALM: SIGNEZ LA PÉTITION EN LIGNE

  •   Pour accéder au dossier de presse et signer la pétition en ligne cliquer ici.





 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×